27 août 2008

Réussir sa lettre de candidature spontanée


Problématique marketing perso pour le candidat qui a suivi les conseils de Fadhila pour changer de vie et qui a décidé de changer de job à la rentrée : comment réussir sa lettre de candidature spontanée ?

Le terrain de jeu ?
  • Un exercice très différent de la lettre de motivation, celle que l'on se doit de rédiger pour accompagner son CV Gagnant (voir chez Henri l'épisode 2 des Clefs du succès).
  • Un exercice périlleux qui consiste à se jeter dans l'inconnu.
Oui, mais vous n'êtes plus tout seul dans l'adversité, j'ai interrogé Henri pour qu'il vous livre nos 7 conseils en moins de 7 minutes.
  1. Petit mais costaud : Moins de lettres mais des lettres bien ciblées, individuelles, très travaillées. Votre lettre n'est pas une circulaire. Partez du principe simple : la boîte ne vous attend pas, le décideur non plus. Déterminez qui vous allez cibler dans l'entreprise, penser à travailler l'organigramme de l'entreprise. Ecrivez une lettre qui montre que vous savez bien qui est le destinataire de la lettre. Il vaut mieux faire 5 lettres « ciselées » que 50 lettres floues. Le rendement est fonction de la sincérité de la lettre, de son pouvoir de conviction, de sa pertinence et de sa personnalisation,

  2. Reason why : Soyez clair sur votre démarche, expliquez-là. Pourquoi envoyez vous cette lettre ? Pourquoi voulez-vous changer ? Pourquoi voulez-vous travailler avec cette entreprise ? Que cherchez-vous ? Ex. : je veux changer d’employeur, l’ambiance actuelle ne me convient plus, je veux changer de lieu, etc…. A vous de trouver les VRAIS arguments,

  3. La création de valeur : qu'allez-vous apporter à cette entreprise qui ne vous attend pas ? Mettez en avant ce que vous apportez et que la boîte n'a peut-être pas aujourd'hui. Pourquoi vont-ils vous payer ? et vous payer cher ? Ex. : mon expérience, mon carnet d’adresse, mon expertise, mon dynamisme, ma geekitude, etc...

  4. Le style et le ton de la lettre : travaillez la forme, du beau papier, une petite photo (oui, une photo sur une lettre de candidature), jouez la carte de la personnalité. Créez de l'empathie en utilisant les mots qui vont parler à l'entreprise : adoptez un style volontaire mais sans effronterie, montrez que vous connaissez déjà l'entreprise. Inspirez vous des mots utilisés dans les plaquettes de l'entreprise, utilisez des éléments qui prouvent que vous connaissez l’entreprise pour laquelle vous postulez. Ca s'appelle faire de la PNL (programmation neuro-linguistique) écrite (nouveau concept !!!).

  5. Expliquez votre motivation : Vous allez prendre un risque en changeant car vous avez peut-être déjà un job. Dites-le, car c'est le destinataire et son entreprise qui vous intéresse maintenant. Lisez la lettre à haute voix à un de vos proches. Il doit sentir votre motivation. Sinon, recommencez.

  6. La disponibilité : Vous êtes disponible mais pas forcément tout de suite, immédiatement. Laissez le désir venir. Il faut se faire désirer. Si vous êtes en poste, vous n'êtes pas au chômage ; c’est bien cette entreprise qui vous intéresse et pas un job bouche-trou ou alimentaire,
  7. Le passage à l'acte : on se voit quand ? On se rencontre quand, pour que je vous développe plus à fond ma démarche, ma motivation, et l’expertise que je veux vous apporter.
En conclusion, n'oubliez pas que l’on est plus heureux avec un job qu’on a été chercher (en PUSH) qu’un job qui vous a été proposé au milieu d’une myriade de candidats. N’oubliez pas aussi que le rendement de la candidature spontanée est inférieur à celui d’une candidature qui répond à une annonce. Raison de plus pour peaufiner votre lettre : moins de lettre, plus de corps dans chaque lettre.

Bon courage, amis candidats.

Voilà, à vous de jouer. Il ne vous reste plus ensuite qu'à vous préparer à l'entretien d'embauche, à réussir l'entretien avec le recruteur, et s'il vous reste encore des forces à vous plonger dans la série complète du How To - Les Clefs du succès.


La semaine prochaine ?
Nous devrions faire un clin d'œil à Monsieur Eric Besson, le secrétaire d'État chargé de la Prospective, de l'évaluation des politiques publiques et du Développement de l’économie numérique, auprès du Premier ministre. Monsieur Besson est en ce moment même dans la Silicon Valley, aux pays des Geeks, dans le pays joyeux des informaticiens heureux. Mais chut, rendez-vous mercredi prochain